Autour de México, Mexique

Visite de Tepoztlán, Pueblo Mágico

11 février 2016

Montée à la Pyramide El Tepozteco à Tepoztlán

Ce matin on se lève tôt pour prendre le bus à 8h direction Cuernavaca petite ville située à 2h au sud de Mexico DF. A côté de cette ville, on peut y trouver l’un des 83 pueblos mágicos à visiter au Mexique : Tepoztlán. Arrivés à Cuernavaca à 10h30, on prend direct un taxi pour s’y rendre, et entamons la randonnée qui nous permet d’accéder à la PyramideEl Tepozteco “. Cette pyramide est perchée au sommet d’une falaise. La randonnée pour y accéder est courte, mais intense. En arrivant au sommet, on dispose d’une vue panoramique sur tout le village, c’est vraiment magnifique malgré le temps maussade. 

Mot du jour : Coaíties espèce de ratons laveurs qui peuplent les alentours de la Pyramide de Tepozteco, et qui nous accompagnent tout au long de notre ascension.

Vue sur la vallée de Tepoztlán

Tepoztlán, pueblo mágico situé dans l’État de Morelos, à 2 heures au sud de la capitale.

Après avoir profité de la vue, on s’approche de la Pyramide El Tepozteco, il faut payer 45 pesos pour pouvoir y accéder. Elle se trouve à une centaine de mètres de l’arrivée de la randonnée. Nous payons notre dû, et accédons à cette fameuse Pyramide. Entre nous, elle casse pas trois pattes à un canard, pas trop de documentation, pas très bien conservée… Mais c’est un monument à voir à Tepoztlán, et elle nous fait profiter d’une très belle vue, c’est déjà ça.

On redescend, puis on va manger dans un resto, El brujo, un bon petit brunch bienvenu après cette escapade matinale. L’après-midi, nous visitons le pueblo mágico à travers ses petites rues en pavé. Cette ville regorge de street-art, on en trouve dans tous les recoins de la ville des peintures, toutes différentes les unes que les autres. Certaines plus réalistes que d’autres, mais toutes s’intègrent parfaitement dans le décor.

Calle pueblo mágico, Tepoztlán

Street art dans les calle de Tepoztlán

Ce pueblo, n’a rien à voir avec San Miguel de Allende, mais n’est pas dépourvu de charme. L’église non rénovée est posée au milieu d’un parc, l’ambiance qui règne ici est paisible. On observe des classes de catéchisme dehors, des gens qui se reposent, se promènent. L’entrée de ce parc est vraiment belle, et révélatrice des origines de ce pays. Une fresque constituée de maïs, riz, graines de tournesol. Cela représente une peinture indienne. C’est incroyablement bien fait.

À faire à Tepotzotlán, l’institution de glaces de la ville Tepoznieves. On s’arrête prendre une glace dans un de leurs 5 magasins, qui proposent des milliers de parfums, alliant originalité et authenticité. Les glaces artisanales sont vraiment bonnes, et pas chères du tout (1.5€ pour une glace 3 boules).

Nous passons ensuite par un marché couvert local. Des femmes fabriquent des tortillas, on observe des vendeurs de fruits et légumes. La particularité des marchés ici, est que les gens y mangent pour le repas. Dans tous les stands, il est possible d’acheter de la viande, des fruits, des légumes, mais aussi de s’asseoir, et de manger quelques tacos. Il y a des couleurs partout, c’est un vrai régal de se promener ici.

Marché couvert de Tepotzlán

Fabrication de tortillas dans le marché couvert de Tepoztlán

 

Marché couvert de Tepoztlán

Étalage de fruits et légumes à l’intérieur du marché de Tepoztlán

Il faut maintenant que l’on retourne en bus à Cuernavaca pour récupérer les sacs à dos que l’on a laissés dans une consigne (estación de autobus Estrella Blanca). Et là, obligé de zoner pour attendre notre prochain bus à minuit et demi pour se rendre à Playa Ventura, on est chargé comme des mules… La vie de voyage quoi. On reste un peu à la gare, et on décide ensuite de bouger au point de rendez-vous. Il doit certainement y avoir des choses à faire là bas. On prend un taxi, lorsque l’on arrive, on se rend compte que l’endroit n’est pas très friendly. Un Oxxo (équivalent d’un casino), un restaurant, et deux bars, dont un karaoké. On mange un bout, et on décide d’aller voir du côté du bar chantant…

Alors on voulait du local, on en a ! pas un touriste dans ce bar, que des mexicains, qui se prennent au jeu du karaoké, et poussent la chansonnette à tour de rôle. Pas une chanson internationale, que des classiques mexcains que nous ne connaissons pas. Les mexicains font le show, dansent, tapent des mains, on est très loin de la pudeur française. On feuillette le livre des chansons disponibles, sans surprise, il n’y a aucune chanson française. On demande alors à chanter Jean Jacques Golman (Je te donne), afin de représenter la France! Bon, entre nous c’est cata, on chante faux, on se rate dans les paroles en anglais (parce que ça va très très vite, et que le yaourt est prohibé). Mais on rigole, on se lâche, on essaye de faire le show. Bon, on a pas eu de standing ovation, mais on a bien rigolé. On prend maintenant le bus qui nous amène à Playa Ventura où l’on va passer quelques jours, au Sud d’Acapulco.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Morgane 3 juin 2016 at 10 h 59 min

    C’est un très beau récit. J’avoue que ce qui m’a le plus impressionnée c’est le street art. L’artiste derrière ce tableau a un talent unique. Magnifique peinture !

  • Leave a Reply