Mexique

Testé et approuvé : l’EDC Festival à Mexico

31 mars 2016

L’EDC Festival, des États-Unis au Mexique

En bonne adepte des festivals de musique électronique, je me suis rendue à l’EDC Festival de México City les 27 et 28 février dernier. Dans la ville de México même, il n’y a pas beaucoup de festivals. C’est d’ailleurs le seul gros rassemblement de musiques électroniques dont j’ai entendu parler, et le premier auquel je me rends. Il semble que ce soit un gros truc car les affiches du festival remplissent la ville depuis un bon mois. L’EDC Festival a lieu dans de nombreuses villes des Etats-Unis, dont Las Vegas qui est l’un des plus gros rassemblements de musique électronique au monde, à l’image de Tomorrow Land ou de l’Ultra Music Festival. Mexico accueille cette année sa quatrième édition de l’Electric Daisy Carnival.

Foule EDC Festival

Devant la scène principale

En effet, il y a du monde! En arrivant, on a du attendre deux heures à l’entrée pour qu’un ami puisse acheter son ticket.. (Conseil si vous y allez un jour, achetez vos places en avance..). Une fois à l’intérieur en revanche c’est la bonne surprise! Malgré le monde, l’ambiance est bonne enfant. Il fait nuit et des festivaliers écoutent la musique en étant allongés par terre, sans que personne ne les bouscule. Je me croirais presque aux Vieilles Charrues en France! L’endroit ne craint pas du tout, contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre en venant dans un événement de cette ampleur à México. L’espace est tellement immense qu’on ne se sent pas du tout oppressés par la foule. Il y a des décorations partout, et à la tombée de la nuit, les illuminations ajoutent un charme au festival. En termes de musique, les 5 scènes offrent une programmation variée, il y en a pour tous les goûts, à condition d’apprécier un minimum la musique électronique. De manière générale, la programmation reste quand même très accessible. Et puis pour ceux qui ne viennent pas pour la musique, il y a tout un tas d’attractions. Chose qu’on ne voit pas tellement dans les festivals en France. Les gens en profitent bien car une fois à l’intérieur tout est gratuit (sauf pour manger et boire bien-sur). 

piscine-800px

Plongeon dans la piscine de balles entre deux concerts

EDC Festival Mexico – Samedi 27 Février

Coup de coeur : Balcazar & Sordo, House Music, Mexico 

Cette année pour la première fois, la scène du partenaire officiel du festival (Dos Equis, marque de bière mexicaine), accueille une programmation exclusivement mexicaine! De nombreux DJs  font partie de la plateforme Born in Mexico, qui aide les artistes de la scène électronique locale à se lancer.

Au sein du public qui se trouve devant cette scène, l’ambiance est intimiste. Les gens sont majoritairement des fans des DJs programmés ce soir. La forme originale de la scène m’intrigue : deux grands X au milieu desquels les artistes apparaissent, comme s’ils étaient sur un balcon. Derrières les platines, ce sont Balcazar & Sordo, deux DJs originaires de Guadalajara (état du Mexique), qui mixent. Les jeux de lumières envahissent  tout l’espace scénique, ce qui dynamise le set des DJ.s. Des sonorités house entraînantes qui ne gâchent rien au spectacle. Le collectif est bien connu ici. Leurs productions sont reprises depuis plusieurs années par des DJs du monde entier comme Maceo Plex ou Jamie Jones.

Un super set intimiste et entraînant, juste ce qu’il faut!

Balcazar & Sordo - Dos Equis stage

Balcazar & Sordo – Dos Equis stage

EDC Festival Mexico – Dimanche 28 Février

Coup de coeur : Damian Lazarus – Neo Garden

Le dimanche je me rends à l’ EDC Festival avec Jorge, un ami qui travaille sur l’événement. On se dirige dès notre arrivée vers la scène Neon Garden pour voir Damian Lazarus, un DJ originaire de Londres qui se produit dans le monde entier, et que Jorge veut absolument voir. Pas de déception, le set commence bien. La scène Néon Garden est installée sous un chapiteau, ce qui donne l’impression d’être dans une salle de concert. Une imposante statut Bouddhiste posée derrière le DJ est mise en valeur sous les jeux de lumière tamisés. Devant les platines, un écran diffuse des visuels et pattern à l’infini. Le tout vous plonge dans une ambiance un peu féerique, idéal pour écouter la tech house de Lazarus.

Scène Neon Garden EDC Festival

Scène Neon Garden

Je me trouve juste devant la scène et, il a beau être à peine 20h, les gens autour de moi sont déjà bien chauds. Tous dansent, aidés par le DJ  qui lui aussi semble bien en forme et interagit beaucoup avec le public.

Le show du jour : DJ Snake – Scène principale

Après avoir vu une bonne partie du set de Lazarus, on se dirige vers la scène principale, qui propose une programmation beaucoup plus commerciale. Même si cela ne m’emballe pas plus que ça, je tente d’aller y voir DJ Snake!

En arrivant, c’est le spectacle! Niveau musique je ne suis pas surprise, c’est du très commercial. Mais les jeux de lumière sont impressionnants. Des lazers verts dans tout les sens qui surplombent la foule (plusieurs dizaines de milliers de personnes, facile). Régulièrement, la musique s’adoucit ou s’interrompt quelques secondes, et des feux d’artifices explosent pour accompagner la reprise. Le public est en feu, tout le monde se prend au jeu du DJ qui intéragit beaucoup avec le public. Même dans l’espace VIP les gens sont déchaînés. Dans la foule, des dizaines de milliers de personnes agitent leur chouette en carton et reprennent les paroles du DJ. La chouette emblématique du festival fixe le public et s’illumine au rythme de la musique. A gauche de la scène, une cascade et à droite une tête de loup. Bref, ambiance parc d’attraction et gros spectacle. Je n’ai jamais vu ça en festival. J’imagine que l’ EDC Festival se rapproche un peu des événements types Tomorrow Land, mais je n’y suis jamais allée.

En tout cas, j’en ai pris plein les yeux.

À tous les adeptes de musiques électroniques : testez l’ EDC festival!

Public scène Neon Garden

Public scène Neon Garden

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply